jeudi 26 février 2015

Appartenances


PHOTO: Ken Teegardin / CC BY-SA 2.0

« Vous sentez-vous Québécois ou Canadien? » Un immigrant m'a posé cette question hier. Ce qui m'a amené à m'interroger sur mes appartenances.


Nous étions tranquillement en train de manger dans l'ambiance feutrée du sous-sol du restaurant végétarien Commensal rue Saint-Denis, rebaptisé Resto Végo par les nouveaux proprios, lorsque la question qui tue m'a été posée. Pourtant je n'ai pas eu besoin de réfléchir longuement avant de répondre. Et voici ce que j'ai dit:

  • Je suis davantage Québécois que Canadien,
  • davantage Canadien qu'Américain,
  • davantage Nord-américain qu'Européen,
  • davantage Occidental que Citoyen du monde,
  • et davantage... Terrien que Martien! 

Telles sont mes appartenances.
___


Je démontre la première d'entre elles, ce sentiment d'être Québécois, chaque fois que j'écris en français_ en français du Québec bien entendu. Car comme le formule avec justesse le récipiendaire du Prix Nobel de littérature 1972, l'écrivain allemand Heinrich Böll

Il n'existe pas de forme plus haute d'appartenance à un peuple que d'écrire dans sa langue.
__

Je démontre la seconde, ce sentiment d'être Canadien, chaque fois que je défends la déclaration faite en 1980 par l'humoriste québécois Yvon Deschamps:

Ce qui est le plus proche d'un Canadien français, c'est un Canadien anglais. Et vice-versa.

Mais je témoigne surtout de mon attachement au Canada chaque fois que je m'implique dans une organisation pancanadienne.

___

Et comment démontrer mon appartenance terrienne plutôt que martienne? Élémentaire! J'accomplis cela en refusant énergiquement de proposer ma candidature pour le projet Mars One, projet qui vise à installer une colonie humaine sur la planète Mars!

___